Idée tourisme en Europe : l’âme secrète de Cracovie


Romantisme, tradition et avant-garde tout à la fois caractérisent Cracovie. La perle du Sud de la Pologne se visite de façon privilégiée à pieds. Rien n’est vraiment loin et les surprises sont à chaque coin de rue. En cas de fatigue, des dizaines de cafés branchés et d’esprit très « Mitteleuropa » jalonnent rues et ruelles le temps d’une pause.

En cet été 2022, à l’heure où le conflit russo-ukrainien fait rage à peu de distance, ce qui surprend le plus c’est le calme et le sentiment de sécurité de cette ville feutrée. A l’oreille non exercée aux différences linguistiques, impossible de percevoir la présence des quelque 250 000 réfugiés
ukrainiens venus grossir les rangs d’une population estimée à environ 800 000 habitants, même si certains habitants s’interrogent sur leurs possibilités de retour.

Beaucoup de ces Ukrainiens –essentiellement des femmes avec enfants- se sont momentanément insérés et travaillent dans la restauration, les taxis, l’hôtellerie. Politesse, propreté et discipline font partie de la vie quotidienne.

C’est donc une Cracovie d’allure très habituelle qu’on parcourt. On y flâne de l’inévitable Rynek, grande place centrale entourée par les architectures monumentales de la basilique Notre-Dame et de la Halle aux Draps et les très nombreuses terrasses de café et marchands de fleurs qui s’épanouissent en son centre, jusqu’aux bords de la Vistule.

Flânerie qui mène aussi tout primo-visiteur vers la colline de Wawel, son château royal, son parc, but de promenade fréquent des Cracoviens et sa cathédrale. A ne pas manquer non plus, la spectaculaire université Jagellon.

Hautement culturelle, Cracovie permet sans peine de marcher sur les traces de Copernic, du metteur en scène Tadeusz Kantor, des cinéastes Andrzej Wajda et Roman Polanski et bien sûr du Pape Jean-Paul II. C’est une ville où la curiosité s’impose si l’on veut découvrir, en franchissant certains porches, de très belles cours ou bien découvrir des caves gothiques abritant souvent des restaurants ou des cabarets. C’est aussi une ville verte avec ses parcs et jardins.

Les bâtiments de la ville n’ont pas été détruits pendant la deuxième guerre mondiale dans la mesure où le régime nazi avait souhaité faire de la ville une cité vitrine de l’excellence germanique. D’où l’étonnement lorsqu’on entre dans le quartier Kazimierz, d’y retrouver, partiellement, ce qui fut le quartier juif avec de très belle synagogues (certaines des XVème et XVIème siècles) réhabilitées et ouvertes aux visites ainsi que de nombreux restaurants et cafés à l’ambiance particulièrement chaleureuse, boutiques, librairies où l’on vient volontiers se rencontrer ou rêvasser.

Il s’y tient, chaque année, de fin juin à la première semaine de juillet, un Festival des Cultures Juives extrêmement fréquenté par un public polonais rejoint par de nombreux touristes venus participer aux concerts, expositions, spectacles de rues qui s’y produisent ou visiter le Musée de la Galicie ou l’usine-musée Oskar Schindler à laquelle s’adosse le Musée de l’Art contemporain Mocak.

Et comme cette ville offre pléthore de contradictions, on peut aussi visiter une Cracovie très différente. Celle du quartier Nowa Huta, de l’autre côté de la Vistule, témoin des constructions à la mode socialiste réaliste voulue, en son temps, par l’époque soviétique, nommée ici « l’ancien régime ». Nowa Huta devient progressivement un endroit branché où s’expriment maints artistes.

Ce qui est certain, c’est que les Cracoviens espèrent avec une quasi-obsession que vous partagiez leur amour de cette très belle ville, quels que soient les stigmates laissés par des pages d’histoire très sombres.

Texte et photos Evelyne Dreyfus

En pratique
Depuis Paris, Cracovie est environ 2h d’avion par vol direct et desservie par des compagnies aériennes low-cost.

Cout de la vie 
La Pologne n’est pas dans la zone euro et le Zloty reste de vigueur. Il est coté à plus de 3 Zlotys pour 1 euro. Les cartes de paiement sont acceptées partout même pour un simple café.

Hôtellerie et restauration
La ville possède un excellent parc hôtelier aussi bien romantique que classique ou d’un très beau design. Côté restauration, c’est l’embarras du choix : du traditionnel (avec d’excellents soupes notamment, du hareng à déguster avec un peu de vodka et des plats mijotés) jusqu’à des cuisines hautement gastronomiques ou bistronomiques. Le pain est partout délicieux. Et le prix très abordables pour les touristes.

Comment visiter ?
Toute la ville peut parfaitement se visiter en individuel mais pour ne pas rater bien des lieux un peu cachés, pas forcément visibles de l’extérieur, c’est une ville qui surtout pour un court séjour vaut la peine d’être visitée avec un guide francophone. Je n’aurais jamais découvert certains lieux souterrains ou au fond de très belles cours ou cerné partiellement l’esprit des Cracoviens sans l’aide de Magdalena (Magdalena Brhel, guide officiel : www.cracovieenbref.pl)

Pour toutes infos complémentaires: www.pologne.travel





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Funérailles de la Reine d’Angleterre, les détails de la grande tradition respectés

Funérailles de la Reine d’Angleterre, les détails de la grande tradition respectés

812 vues
23 septembre 2022 0

Les funérailles d’État de la reine Elizabeth II ont eu lieu à l’abbaye de...

Jubilé impérial à Rueil Malmaison : vive l’ampleur

Jubilé impérial à Rueil Malmaison : vive l’ampleur

885 vues
16 septembre 2022 0

200 ans après sa mort, Napoléon Bonaparte fait toujours se déplacer les foules. En...

Lyon par delà les générations

Lyon par delà les générations

4427 vues
2 septembre 2022 0

Du haut de plus de mille ans d’histoire, le Vieux Lyon nous contemple !...