Validité de la carte d’identité : le Snav à la pointe


A la veille des départs en vacances de Pâques, le Snav vient d’alerter le quai d’Orsay et le ministère de l’intérieur sur les témoignages qu’il a reçus, de plus en plus nombreux, de touristes français, dont la carte nationale d’identité est expirée mais a été automatiquement prolongée de cinq ans depuis le 1er janvier 2014 (cf. décret 2013-1188 du 13 décembre 2013), qui ont été refoulés notamment au Maroc, en Tunisie ou en Turquie.

Les autorités de ces pays n’ont manifestement pas intégré dans leurs procédures d’entrée sur le territoire la prolongation des cartes d’identité françaises de 10 à 15 ans pour toute personne majeure dont la carte a été établie entre le 2 janvier 2004 et le 31 décembre 2013.

Les personnes refoulées, voire empêchées, pour certaines d’entre elles, de monter à bord des avions dans les aéroports de départ, étaient pourtant munies, sur les conseils de leur tour-opérateur ou agent de voyages, de la fiche d’information, téléchargeable sur le site du ministère de l’intérieur, traduite dans la langue du pays d’accueil où la carte d’identité suffit comme document de voyage, expliquant cette prolongation, qui ne nécessite aucune démarche de la part des personnes concernées.

Le SNAV, comme solution de transition, a recommandé à ses membres de conseiller aux touristes français se rendant dans les pays où la carte d’identité est acceptée pour l’accès à leur territoire, de se munir également d’un passeport. Cependant, tous les touristes n’ont pas nécessairement un passeport, dont l’établissement représente par ailleurs un coût certain (86 euros pour une première demande), surtout pour des familles, et des délais d’attente parfois incompatibles avec l’imminence du voyage.

C’est pourquoi le SNAV demande aux autorités françaises de prendre au plus vite l’attache de leurs homologues dans les pays qui reconnaissent la carte nationale d’identité comme document de voyage pour les informer de sa prolongation automatique de 10 à 15 ans et surtout que des consignes très précises soient passées dans ce sens aux postes de contrôle aux frontières et dans les aéroports et gares internationaux.

Le SNAV recommande également que le site Conseil aux Voyageurs du ministère de l’intérieur mentionne les risques de refoulement dont ont été malheureusement victimes de nombreux touristes français depuis le début de l’année, pays par pays.

Plus largement, le SNAV souhaite que tout soit mis en œuvre par le Gouvernement français pour que de tels désagréments, sources d’une grande frustration et déception légitimes pour les intéressés, ne se reproduisent pas pour les voyageurs français, et que la politique d’ouverture entre notre pays et les pays qui acceptent la carte nationale d’identité comme document de voyage soit maintenue, dans le respect des intérêts mutuels et réciproques.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Bientôt le 7ème Salon International du Tourisme de Cannes

Bientôt le 7ème Salon International du Tourisme de Cannes

1103 vues
29 septembre 2022 0

La 7 e édition du Salon International du Tourisme de Cannes se déroulera cette...

Nice peut-elle disparaitre du marché du tourisme d’affaire ? Le constat de Denis Zanon

Nice peut-elle disparaitre du marché du tourisme d’affaire ? Le constat de Denis Zanon

2026 vues
28 septembre 2022 0

A la tête de l’Office de Tourisme de Nice puis de l’Office de Tourisme...

Monaco : pourquoi Jean-luc Biamonti quitte la SBM

Monaco : pourquoi Jean-luc Biamonti quitte la SBM

2004 vues
26 septembre 2022 0

En présentant un bilan de bonne santé économique, Jean Luc Biamonti qui préside depuis...