Tourisme & Covid 19 : le spectre d’une 7ème vague dramatique pour le secteur ?


Alors qu’il semblait que cette satanée Covid-19 avait disparu, le virus frappe à nouveau à la porte. L’Europe est à nouveau plongée dans une vague d’infections qui, bien que pas encore trop alarmante, commence à inquiéter les autorités et surtout le milieu du tourisme et des voyages, qui ne veut pas voir une nouvelle période de haute saison compromise.

Vendredi dernier, 639 827 cas ont ainsi été signalés dans l’Union européenne. La France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie et la Belgique ont connu des augmentations légères et régulières, tandis que les Pays-Bas ont déjà enregistré un pic de cas. Ces données ne signifient rien pour le moment, mais on craint déjà que ce soit la genèse d’une septième vague.

Après Omicron, responsable de la vague épidémique de janvier, « on a un variant d’Omicron, le BA.2, qui est encore plus contagieux. Ça veut dire qu’il va être difficile de lui échapper« ,

D’après les modélisations de l’Institut Pasteur, cette reprise épidémique ne devrait pas créer de grande vague. « Le beau temps est en train d’arriver, ce qui veut dire qu’on va être dehors et il y a moins de risque »

Il n’y a pas de signal inquiétant dans les services de réanimation : « le risque le plus important est pour les plus fragiles et les non-vaccinés. C’est pour cela que nous les invitons à porter leur masque et faire leur vaccination de rappel« .

Dans le cas de l’Espagne, le taux d’incidence cumulée est de 455 cas pour 100 000 habitants et les indicateurs hospitaliers restent à faible risque. Toutefois, des régions comme les îles Canaries et Madrid commencent déjà à évoquer, « avec prudence« , la possibilité d’écrire une nouvelle page de la pandémie dans les prochaines semaines.

Les entrepreneurs du tourisme ont exprimé leur inquiétude face à cette « résurgence » de Covid-19.

Bien qu’il semble que le variant actuel soit beaucoup moins mortel que les précédentes et qu’il ne provoque pas d’hospitalisations, on craint déjà que les restrictions soient à nouveau à l’ordre du jour, au moment même où les pays sont plongés dans une réouverture massive de leurs frontières.

« Ces mauvaises nouvelles tombent au pire moment pour le tourisme. Dans une vingtaine de jours, la semaine de Pâques est là et le printemps est traditionnellement une période active dans le tourisme. Nous sommes également à un moment clé pour les réservations de la saison d’été. Par conséquent, une septième vague serait un nouveau coup dur pour ce secteur déjà durement touché« .

Une reprise de la pandémie, avec la guerre en Ukraine, qui affecte déjà les compagnies aériennes, les sociétés de transport maritime, les hôtels, etc. et entraine la flambée des prix du carburant et l’impact sur la confiance des voyageurs, pourraient faire des ravages dans les mois à venir, avec si le conflit s’éternise, des conséquences cette fois dévastatrices.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Idée tourisme en Europe : Hola, Olé Séville

Idée tourisme en Europe : Hola, Olé Séville

1177 vues
30 juin 2022 0

Séville c’est l’Andalousie emblématique. Elle en est d’ailleurs la capitale régionale. De rue en...

Grands changements à la tête de TUI, le premier voyagiste mondial

Grands changements à la tête de TUI, le premier voyagiste mondial

1303 vues
29 juin 2022 0

Le conseil de surveillance de TUI a confirmé hier les propositions du comité présidentiel....

Pourquoi pour une fois, l’ Otan est bonne pour le tourisme

Pourquoi pour une fois, l’ Otan est bonne pour le tourisme

1426 vues
28 juin 2022 0

A deux jours de l’ouverture du prochain sommet de l’Alliance Atlantique Nord dans la...