Un été Grec au top et un bel automne à venir


Malgré la pandémie mondiale du coronavirus et des incendies dévastateurs, la Grèce a su tirer son épingle du jeu avec une fréquentation touristique estivale qui a déjà dépassé les 70 % des arrivées de l’année 2019, dernière année de référence, alors que l’objectif espéré était d’atteindre au moins 50 %.

Il faut se rappeler que 2020 avait vu le nombre de touristes internationaux chuté de plus de 78 % avec seulement 7,5 millions d’arrivées contre 34 millions en 2019.

Dès le mois de mai, on avait senti le réveil de la demande, avec par exemple les îles du Sud de la Mer Egée (Rhodes, Santorin, Mykonos, Kos …) qui ont reçu sur ce seul mois de début de saison plus de 500 vols charters.

George Hatzimarkos, le gouverneur de la région, vient de déclarer que ces îles ont accueilli plus d’1 million de touristes pour les trois mois de juin à août, et que la demande pour l’automne est particulièrement soutenue.

Même son de cloche du côté de la Crète qui en août a vu son taux d’occupation dépassé les 90 %, poussée par une belle augmentation de la demande allemande (+9 % par rapport à 2019) et des réservations importantes des marchés français, autrichiens, suisses et polonais.

Une belle poussée du marché britannique est attendue avec des réservations de dernière minute, depuis la suppression de la quarantaine qui avait été rendue obligatoire au retour en Grande Bretagne après un séjour dans les pays listés « ambre » par le gouvernement britannique, ce qui est toujours le cas de la Grèce , comme de la France d’ailleurs.

Ces beaux résultats ne sont pas les fruits du hasard. Dès janvier 2020 et les prémisses de l’arrivée massive de vaccins, Kyriakos Mitsotakis, le Premier Ministre Grec a été le premier à faire campagne auprès de l’Union Européenne pour la mise en place d’un « Green Pass » pour faciliter les voyages au sein des pays de l’UE des européens entièrement vaccinés.

Dans le même temps, Harry Théoharis, le Ministre Grec du Tourisme, a entamé une incessante série de voyages en Europe pour aller à la rencontre des professionnels du tourisme pour promouvoir la destination Grèce en mettant l’accent sur la sécurité sanitaire obtenue par de strictes conditions d’entrée dans le pays et des normes sévères de circulation des touristes (vaccination complète, test PCR, formulaire PLF…) ainsi que des protocoles sanitaires hôteliers tout aussi stricts et des restrictions à bord des ferries du nombre de passagers forcément vaccinés ou testés…

A cela s’ajoute une politique très réactive et efficace face à la moindre résurgence du Coronavirus, qui a vu l’instauration de règles locales et limitées dans le temps pour éviter tout dérapage, surtout dans les endroits réputés très festifs.

Ainsi Mykonos a vu bannir toutes les « parties », la musique y a été interdite dans les bars, des couvre-feux pour de courtes périodes ont été mis en application dans certaines villes, comme Héraklion et La Canée (Chania) en Crète, ainsi que d’autres couvre-feux sur les îles de Santorin et de Zante (Zakinthos) par exemple.

Ces mesures simples prises rapidement, et intelligemment limitées dans le temps au strict nécessaire, n’ont pas fait fuir les visiteurs, et bien au contraire les ont plutôt rassurés. En Grèce, les touristes se sentent souvent plus en sécurité que dans leur propre pays…

Quant aux incendies qui ont ravagés certains territoires et dont les images impressionnantes ont été diffusées en continu par des chaines de télévision avides d’images à sensation, ils n’ont pas eu d’impact important sur la demande touristique.

Les deux plus importants foyers ont concerné une vaste forêt domaniale non loin d’Athènes, un vrai désastre écologique, et une large zone au nord de l’île d’Eubée.

Nous avons interrogé à ce sujet Thierry Orsoni, le directeur de la communication du Club Med dont le Club de Gregolimano est précisément situé sur l’île d’Eubée à seulement une vingtaine de kilomètres des incendies.

Il nous a confirmé que les incendies n’avaient eu aucun impact sur les réservations et qu’il n’y avait pas eu d’annulation, ajoutant que même si le Club n’avait jamais été menacé, toutes les précautions avaient été prises pour assurer à tout moment la sécurité et que les gentils membres avaient pu continuer à profiter de l’ambiance traditionnelle du Club.

On peut faire confiance au Club Med pour être sûr qu’un plan d’évacuation d’urgence, vraisemblablement par la mer, avait été prévu en cas de nécessité.

Se félicitant des très bons résultats obtenus malgré ces difficultés, Yannis Retsos, (photo ci-contre) le Président du SETE, la Confédération Grecque du Tourisme, a déclaré que l’objectif principal se doit d’être la prolongation des opérations durant les deux mois à venir, septembre et octobre, pour les destinations grecques purement estivales, mais qu’en suite l’objectif sera les destinations d’hiver et le city-tourisme.

Il est vrai qu’Athènes ou Thessalonique sont des destinations pleines de charme pour des city-breaks même en hiver, la pression touristique y étant nettement moins forte.

Frédéric de Poligny

 





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme et coronavirus : La Thaïlande lève ses exigences de quarantaine sous conditions

Tourisme et coronavirus : La Thaïlande lève ses exigences de quarantaine sous conditions

1470 vues
12 octobre 2021 0

La Thaïlande va lever ses exigences de quarantaine pour les touristes entièrement vaccinés qui...

Comment à Paris, l’île Maurice se bat pour son tourisme

Comment à Paris, l’île Maurice se bat pour son tourisme

1794 vues
6 octobre 2021 0

Le Premier Ministre adjoint et ministre du Tourisme, Louis Steven Obeegadoo, est actuellement à...

Le Seto main dans la main avec le tourisme de l’île Maurice

Le Seto main dans la main avec le tourisme de l’île Maurice

1403 vues
5 octobre 2021 0

Dans le cadre prestigieux de l’hôtel Georges V, le syndicat des tour opérateurs, présidé...