Thalassothérapie : une norme volontaire pour protéger le consommateur


La norme volontaire XP X50-844 définit ce qu’est un centre de thalassothérapie et propose des exigences sur la prestation de services afin d’améliorer et d’harmoniser les pratiques en matière d’hygiène, de soins et d’équipements.

Elle vise à limiter la multiplication des établissements revendiquant de manière abusive des activités de thalassothérapie.

Le syndicat national de la thalassothérapie, France Thalasso, a sollicité AFNOR fin 2013 en réaction à la multiplication des établissements de bien-être revendiquant des activités de thalassothérapie sans même utiliser d’eau de mer.

Un an de travail collégial permet aujourd’hui de publier la norme XP X50-844 qui définit, pour la première fois dans le cadre d’une démarche de normalisation, le concept de la thalassothérapie.

Elle implique « l’utilisation combinée des bienfaits du milieu marin, qui comprend le climat marin, l’eau de mer, les boues marines, les algues, les sables et autres substances extraites de la mer. »

Soins à proposer, hygiène, sécurité et compétences du personnel

Au-delà de la définition du concept, la norme volontaire liste une série de critères à respecter.

Par exemple, un centre de thalasso doit proposer à minima des soins individuels (enveloppements ou applications de dérivés marins, dans des baignoires adaptées programmables équipées de jets – nécessitant l’intervention de personnel – ou des douches à distance et/ou allongés) ainsi que des soins collectifs en bassin et/ou piscine.

Parmi les nombreux aspects relatifs à l’hygiène, la norme propose par exemple que les baignoires soient vidangées, nettoyées et désinfectées après chaque client. Des procédures de nettoyage des locaux et des équipements doivent être définies.

Concernant la sécurité des installations techniques et des locaux, les exigences de la réglementation sont rappelées. Des points précisent aussi des règles élémentaires, tels que l’équipement des sols des zones humides intérieures en antidérapants.

Les compétences minimales du personnel du centre de thalasso sont également précisées, avec le rappel des métiers existants tels que ceux d’hydrothérapeute, d’esthéticienne, d’hydro-esthéticien(ne) et de masseur-kinésithérapeute.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Top 10 des aliments forts en protéines et ou les trouver ?

Top 10 des aliments forts en protéines et ou les trouver ?

4229 vues
10 juillet 2019 0

Les protéines sont composées d’acides aminés, une sorte d’aliment indispensable que l’organisme n’arrive pas...

L’ ONU appelle à protéger les écosystèmes de la planète, plus menacés que jamais

L’ ONU appelle à protéger les écosystèmes de la planète, plus menacés que jamais

3043 vues
21 juin 2019 0

A l’occasion de la Journée internationale de la diversité biologique, le Secrétaire général de...

Voyage Moyen-courrier : Ou faire une bonne Thalasso ? Les conseils de Samia et Raouf Benslimane

Voyage Moyen-courrier : Ou faire une bonne Thalasso ? Les conseils de Samia et Raouf Benslimane

7239 vues
5 avril 2019 1

Il y a quelques jours, nous avons demandé à un spécialiste du « bien-être » de...