La pastorale en si bon chemin


Un mois sur le Camino del Norte, de Bayonne à Santiago, 40 kilomètres de marche par jour : étape après étape, Jean-Christophe Rufin se transforme en clochard céleste, en routard de Compostelle.

compostelle-2Pourquoi prendre le Chemin, quand on a déjà éprouvé toutes les marches, toutes les aventures physiques ?  » Je n’avais en réalité pas eu le choix. Le virus de Saint-Jacques m’avait profondément infecté. J’ignore par qui et par quoi s’est opérée la contagion. Mais, après une phase d’incubation silencieuse, la maladie avait éclaté, et j’en avais tous les symptômes.  »

876 kilomètres plus loin, un mois plus tard, après l’arrivée à Santiago, le constat est là.

Comme tous les grands pèlerinages, le Chemin de Saint Jacques de Compostelle est une expérience de désincarnation, il libère du  » tropplein « , mais il est aussi un itinéraire spirituel, entre cathédrales et ermitages, et humain, car chaque rencontre y prend une résonance particulière.

Immortelle randonnée. Compostelle malgré moi
Jean-Christophe Rufin
Gallimard Editions





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Petites histoires du soir

Petites histoires du soir

1088 vues
28 juin 2024 0

Ici à la Quotidienne, nous avons beaucoup apprécié ces  » Petites histoires du soir...

Histoires courtes du Pacifique et d’ailleurs

Histoires courtes du Pacifique et d’ailleurs

1327 vues
14 juin 2024 0

Parti d’une seule histoire restée au chaud dans la tête de l’auteur durant des...

Elora Jo, une poésie des mots communicative

Elora Jo, une poésie des mots communicative

2808 vues
22 mars 2024 0

Ici à La Quotidienne on a été emballé par « Rimes à la joie », le...